Description du projet


Production de masse par culture in vitro de plantes à tubercules


L’accès à des semences de qualité et en temps opportun demeure  indispensable pour permettre à l’horticulture de jouer pleinement son rôle central dans la « grappe agriculture et agro-industrielle » de la stratégie de croissance accélérée. En effet, la production horticole tributaire de l’importation de semences, se heurte encore à des contraintes que sont :

  • Le déficit récurrent en semences importées ;
  • la non disponibilité à temps opportun de semences de qualité ;
  • les coûts élevés des semences importées qui représentent 40 – 50% du budget de l’exploitation agricole
  • la qualité des semences importées qui ne sont pas toujours indemnes de viroses ce qui entraîne des pertes de productivité de près de 40%.

Face à cette situation, il est nécessaire pour le Sénégal d’adopter et de développer des moyens performants de production capables d’assurer un approvisionnement suffisant et permanent en semences de qualité, capables de booster la production nationale. C’est à ce titre que les biotechnologies, à travers les techniques de culture in vitro (culture de méristèmes, micro-bouturage, embryogenèse), constituent  une voie intéressante pouvant permettre la levée des entraves liées aussi bien à la multiplication (disponibilité en qualité et quantité de semences) qu’à la culture (tolérance aux maladies et autres conditions abiotiques) des plantes à tubercule de grande consommation au Sénégal.

Les techniques de culture in vitro visent à régénérer une plante entière à partir de fragments de tissus ou de cellules végétales. La régénération est suivie d’une phase de multiplication du génotype sélectionné, ce qui permet d’atteindre un nombre d’individus extrêmement important (un million voire plus), ce qui serait impossible avec les méthodes conventionnelles de multiplication végétative.

Ces méthodes in vitro ont été largement appliquées avec succès dans les laboratoires commerciaux sur toutes sortes de plantes (riz, mil, arachide, mais, rosier, pomme de terre, tomate,…plantes ornementales, espèces forestières,…) et ont permis d’obtenir des variétés améliorées à très haut rendement.

A travers ce module, l’agence ARESA vise un double objectif  à savoir contribuer non seulement à la promotion du développement de la filière des racines et tubercules au Sénégal mais aussi la création d’emploi pour les jeunes. Ces techniques simples de multiplication conforme au génotype initial, sont facilement transférables et sont surtout à la portée des jeunes d’un niveau Bac+2. La formation permettra aux jeunes en particulier aux élèves et étudiants d’acquérir des compétences susceptibles de leur ouvrir des perspectives nouvelles dans le monde du travail par le biais des biotechnologies.