Description du projet


Production de biofertilisants et de bio-pesticides


Dans le contexte actuel de prise de conscience des agressions sur la nature et sur la santé humaine et animale, agressions  liées à l’utilisation massive de pesticides et d’engrais chimiques, on assiste à un développement de nouvelles stratégies agricoles visant à la préservation de la qualité des sols (agriculture durable) tout en maintenant une haute productivité (éco-intensification).

A cet effet, les produits naturels sont utilisés pour une agriculture biologique durable présentant un impact environnemental et sanitaire moindre et préservant la biodiversité naturelle.

BIOFERTILISANTS

La plupart des sols tropicaux sont très pauvres en matières humiques en raison de l’érosion hydrique qui crée des ravinements importants et de l’érosion éolienne (vents) ; les sols sont aussi très pauvres en ions majeurs tels que l’azote, le phosphore et le potassium. Par conséquent, les rendements des cultures étant tributaires de la qualité des sols, il devient important de mettre un accent particulier sur l’amélioration de la structure du sol notamment veiller à renforcer la résistance du sol à l’entrainement par l’eau et le vent et à améliorer la stabilité de sa structure par des amendements humifères et des amendements calcaires qui stabilisent les complexes argilo-humiques. L’apport de minéraux essentiels nécessaires à la croissance des plantes tels que l’azote ou le phosphore peut être tiré de l’utilisation des bactéries symbiotiques tels que le Rhizobium et de champignons mycorhiziens tel que Glomus.

En outre, associés à la plante ils accroissent la capacité de protection de la plante contre certains pathogènes telluriques L’inoculation d’un substrat à l’aide de micro-organismes symbiotiques (bactéries et champignons) produit un bio fertilisant.

BIOPESTICIDES

Les biopesticides comprennent à la fois les substances naturelles  produites par les plantes ou des animaux (pesticides biochimiques) et les micro-organismes (pesticides microbiologiques) qui contrôlent ou éliminent des populations de ravageurs tels que les insectes nuisibles, les mauvaises herbes et les pathogènes végétaux.

ils présentent plusieurs avantages écologiques : biodégradabilité, sélectivité de leur activité et diminution des effets non intentionnels sur les espèces non cibles, diminution des résistances pour certains d’entre eux. Utilisés comme compléments ou en alternance avec les pesticides classiques dans une perspective de lutte intégrée, ils permettent de réduire l’apparition de résistances chez les pathogènes cibles.

Le programme de transfert de technologie sera axé autour des points suivants :

  • Sélection et préparation des inocula rhizobiens, fongiques et actinorhiziens) et des biopesticides ;
  • Test de leur efficacité, en pépinière et en parcelles d’expérimentation ;
  • Suivi et contrôle de la qualité et survie des inocula ;
  • Promouvoir la création de pépinières «start up» de production d’inoculum biologique.